Egyptaures 29-3031 août 2014

L’A.E.G. organise avec la Mairie de Vieille-Aure et l’association Molisa un évènement autour de l’Egypte.

 
   

voir l’affiche

 

 

Posté dans la rubrique Actualités.

Carnet du Nil n°16

:

Paru en avril 2014

 

La parole est donnée aux conférenciers :
Jean-Luc Chappaz,
Nigel Strudwick,
André Pelle,
Francesco Tiradritti,
Bernard Mathieu,
Philippe Germond,
Claude Vandersleyen,
Amandine Marshall,
Jean Revez,
Pascal Vernus,
Christian Leblanc,
Claude Traunecker.

et aussi aux membres de l’AEG

Jacques Philton : 3 questions à F.Aymé
Bernard Lalanne : Neb-Senu ou la statue qui bouge
Christine Fabès : Au commencement
Jacques Philton : D’ostraca en @rrobase, les feuillets retrouvés de Karney Dunhill,
Michel Praneuf : D’où vient notre passion pour l’Egypte?
Robert Vergnieux : un parcours égyptien improbable
Bernard Lalanne et Alain Barutel : Cours de langue

 

Posté dans la rubrique Les Carnets du Nil.

le 24 mai 2014

Bernard Lalanne est présent à la journée évènementielle dédiée à l’écriture et ses différentes formes, organisée par Belse33 à Pessac, salles Pujeau et Chiquet.

 

Posté dans la rubrique Archives.

Découverte à Louxor

Posté dans la rubrique Actualités.

conférence 17 mai 2014

M. Philippe Brissaud, Directeur de la Mission Archéologique de Tell Dibgou, Président de la Société Française de Tanis et Mme Christelle Desbordes, Directrice adjointe de la Mission Archéologique de Tell Dibgou nous présente : Digbou, une cité vierge dans le Delta du Nil à la salle de conférence de la Maison de l’Archéologie.

Créée en 2013, la Mission Archéologique de Tell Dibgou (MATD), dirigée par Ph. Brissaud et C. Desbordes, se rendra en Egypte pour une première saison de travail dans le courant 2014. Le tell Dibgou est l’un des sites les plus vastes et les mieux conservés du Nord-est du Delta du Nil. Il se situe sur les marges sud du Lac Menzaleh, à une dizaine de kilomètres au Nord-est du tell Sân el-Hagar (Tanis), et correspond aux ruines de l’ancienne ville de Dibgou, nommée Dabiq dans la littérature arabe médiévale. Il s’élève à plus de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer, s’étend sur une surface de près de 50 hectares, et aucune fouille archéologique n’y a pourtant jamais été pratiquée. Le lieu est ainsi resté vierge, situation remarquable en Egypte pour un site de grande dimension. Grâce à l’analyse de manuscrits arabes médiévaux et de photographies récentes prises sur le site, l’histoire de Dibgou révèle la potentialité de ses richesses : cité pharaonique probablement organisée autour d’un temple, ville musulmane importante du Moyen-Âge peuplée d’une vaste communauté copte qui possédait un évêché reconnu, et centre de production d’étoffes précieuses en lin, soie et fils d’or reconnu comme l’un des fournisseurs attitrés des califes et de leur cour et qui était réputé pour la qualité et la finesse de ses textiles appréciés dans tout le Moyen-Orient. Les recherches qui seront menées dans les saisons à venir par l’équipe de la MATD permettront de faire resurgir la splendeur de la cité antique et médiévale de Dibgou.

 

Vue du tell Dibgou prise en direction du Nord-est en 2013 (Cliché Christelle Desbordes).

pour en savoir plus :

web : www.telldibgou.fr.

facebook : https://www.facebook.com/telldibgou

Posté dans la rubrique Archives, Conférences.